Je porte

 

 

 

Je porte la pluie, le vent , en tombeaux.

J’entends le temps, il crie, il s’étend.

La tempête s’étale de couleurs en morceaux

Longe le songe des néants!

Tempes appuyées contre un ciel

Incliné derrière ses ailes,

Virtuosité démantèle,

L’inventivité m’harcèle,

M’enseigne,  dans les mots

Qui s’étendent en échos…

Le jeu des géants nous écartent

D’un battement de cil,

Furtivement éclatent,

Les bourrasques défilent.

Je porte l’étang, les marais, les corbeaux.

Je porte les colombes immobiles.

Elles fuient devant le faux,

Ces dérangeantes dangereuses,

Brûlent l’intensité creuse

D’éden à fleur de peau,

D’éclairs qui filent…,

Naviguent dans l’eau

Ténébreuse, nébuleuse,

Telles des allumeuses…

Chassent les yeux clos,

Ouvrent les pupilles!

Je porte les Montagnes

Belles, ensommeillées,

Elles portent ce qui émane

Des volcans dénudés.

Dépeuplés du fragile,

De forces inutiles,

Les Montagnes hostiles

Oscillent et grondent…

J’aime les entendre qui marmonnent le monde.

De là partent les êtres qu’on ne voit pas

Ils avancent doucement et caressent les voix,

Qui parlent de ces silhouettes oubliées.

Celles qui habitent des contrées enchantées.

Elles portent des habits de soleil,

De vent, de pluie, de boue

Et viennent livrer dans nos sommeils

Les messages qu’on porte en nous…

Les sorcières toussent l’univers!

Les chamanes crient le tonnerre…

Et portent cet amour qui fait battre la Terre!

 

2014-06-03-17-31-16

Angélique Hoarau

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s